Récemment, les probiotiques ont trouvé un nouveau champs d’application, au-delà de l’intestin mais en association avec lui, avec la gestion du stress et des troubles de l’humeur. Cette relation surprenante entre le cerveau et l’intestin, sorte de dialogue entre deux parties du corps, est à l’origine du surnom de « deuxième cerveau » attribué à l’intestin.

Le dialogue bidirectionnel qui coordonne le cerveau et l’intestin a permis de constater que les probiotiques produisent un effet bénéfique sur des patients souffrant de maladies psychiatriques. Ces Probiotiques bénéficient désormais d’une nouvelle appellation : les « psychobiotiques » (Cryan 2013).

De récentes études ont montré que la manipulation de microbiotes intestinaux chez les animaux influencent leur comportement (Bercik et al. , 2011). Lallemand a démontré qu’un mélange probiotique composé de L. helveticus Rosell-52 et B. longum Rosell-175 réduit significativement les signes physiologiques et psychologiques d’anxiété et de stress (Diop et al., 2008; Messaoudi et al., 2011).

Plusieurs  applications santé sont concernées : les désordres gastro-intestinaux, l’anxieté, les désordres liés au stress, les troubles de l’humeur.