In some jurisdictions, communicating about product benefits may be misinterpreted therefore this part of the website is business-to-business information, not intended for the final consumer but only for professionals. The information provided should not be used as a substitute for any form of advice and in all cases, producers and marketers should check applicable regulatory requirements for labelling and claims depending on the targeted country.

Accordingly, by clicking  on the button "I acknowledge and accept" you confirm that you are a professional and have read and understood this disclaimer, and the terms and conditions before entering the site.

Histoire des probiotiques

Préambule : le monde invisible

Les penseurs et les scientifiques s’intéressent depuis la nuit des temps à la notion de matière invisible. L’une des premières tentatives de description du monde de la microbiologie remonte au premier siècle avant Jésus Christ, lorsque le savant romain Terentius Varro a effectué des travaux préliminaires et proposé des idées fondamentales quant à la microbiologie et à l’épidémiologie. Au 15e siècle, un autre scientifique italien, Girolamo Fracastoro, s’est inspiré des écrits de Varro et a poursuivi la recherche, ce qui a mené à la publication d’un traité intitulé De Contagione portant sur la biologie et les micro-organismes qui occupent le corps humain. 

La découverte du microscope à la fin du 16e siècle représente un autre événement marquant dans le monde des micro-organismes et de la biologie. Athanasius Kircher, savant jésuite allemand du 17e siècle, inspiré par l’invention du microscope, appliqua cet instrument à l’étude des micro-organismes invisibles à l’œil nu et devint ainsi le père de la microbiologie expérimentale. Ses études fondamentales à l’aide du microscope lui ont permis de découvrir que la maladie et la décomposition sont causées par la présence d’organismes vivants invisibles à l’œil nu. Il s’agit du premier scientifique à faire une telle découverte.

Probiotiques : Les premières années

metchnikoffLes recherches de Pasteur ont donné naissance à de nombreuses branches de la science, ouvrant la voie à la biologie et à la biochimie moderne. Pasteur a non seulement démystifié la théorie de la reproduction spontanée, mais il a de surcroît démontré l’existence de microbes qui sont activés dans des conditions particulières. Cette découverte lui a permis d’interpréter la fermentation, la production du vin et le brassage de la bière d’un point de vue scientifique. Bien que Pasteur ait été le premier à soutenir l’idée que les micro-organismes étaient nécessaires au maintien de la santé de tous les êtres humains, c’est au scientifique russe Élie Metchnikoff (lequel a également travaillé au célèbre Institut Pasteur pendant 28 ans) que l’on doit l’affirmation selon laquelle les bactéries lactiques sont bénéfiques pour la santé intestinale des humains et qu’elles peuvent inhiber l’activité de bactéries nuisibles. Metchnikoff a présenté cette théorie après avoir noté la longévité de paysans bulgares, qu’il a attribué à leur grande consommation de yogourt fermenté.

frise historiqueEn 1908, Metchnikoff a reçu le prix Nobel pour ses recherches sur le lien entre le système immunitaire et les bactéries intestinales. Un an auparavant, il avait publié « The Prolongation of Life », essai dans lequel il établissait un lien entre les habitudes alimentaires et l’intestin chez l’humain. Il a également affirmé que ce lien pouvait avoir une influence sur la propagation de mauvais microbes. Le scientifique a conclu qu’une personne pouvait remplacer ces bactéries nuisibles par des bonnes bactéries et ainsi ralentir le vieillissement en modifiant tout simplement sa flore intestinale grâce à son alimentation. Selon lui, cet effet était le résultat d’une synergie directe entre les bactéries lactiques et leur hôte.

Plus tard dans les années 1970, le travail scientifique du professeur Tomotari Mitsuoka a ouvert la voie à l’application de la théorie de l’équilibre de la flore intestinale visant le maintien de la santé et la prévention des maladies. Grâce à son dévouement, Mitsuoka a mis au point les premières méthodes de culture et de recherche liées à la flore intestinale. Il a également découvert, classifié et nommé de nombreux organismes anaérobies intestinaux et des bactéries lactiques.

Dans son ouvrage « Intestinal Flora and Health » publié en 1978, et qui demeure aujourd’hui l’une des plus importantes références dans l’étude des bactéries lactiques, le docteur Tomotari Mitsuoka a présenté la façon dont la flore intestinale change avec le vieillissement et a souligné que la diminution de la quantité de bifidobactéries lors le vieillissement s’accompagne d’une augmentation du risque et de l’incidence des maladies du côlon. À la lumière de ces résultats, il a appuyé la théorie selon laquelle l’administration de probiotiques par voie orale, y compris les bifidobactéries, pourrait contribuer au maintien de l’équilibre de la flore intestinale et pourrait aider à prévenir les perturbations variées du colon.

De nos jours, les scientifiques étudient les nombreux avantages possibles pour la santé associés aux bactéries probiotiques. En plus de jouer un rôle clé dans le maintien et le rétablissement de l’équilibre de la flore intestinale, les bactéries lactiques ont montré qu’elles pouvaient améliorer le fonctionnement du système immunitaire. On étudie, entre autres, leurs effets hypocholestérolémiants, leur rôle dans la prévention du cancer du côlon et leur utilisation pour le traitement des infections vaginales et urogénitales.