Non classifié(e) | Temps de lecture 8 minutes

Probiotiques et peau : comment discerner le vrai du faux?

Probiotiques et peau : comment discerner le vrai du faux?

Agissant comme une membrane protectrice pour les organes internes, la peau est un organe crucial du corps humain. La peau joue de nombreux rôles vitaux tels que la protection des muscles, des os et des organes internes contre l’environnement externe et les micro-organismes opportunistes. Elle procure également des sensations, détecte la douleur, distingue le chaud du froid et régule la température corporelle en transpirant. La peau agit comme une barrière résistante afin que les nutriments essentiels ne soient pas éliminés du corps. Elle stocke les lipides et l’eau et aide à la synthèse de la vitamine D. Tout comme le cœur, le cerveau et l’intestin, cet important organe mérite une attention particulière. En plus de la protéger du soleil, de la laver, de la masser, de l’hydrater, prenez-vous bien soin de votre peau? La peau est un organe si important qu’il n’est pas étonnant qu’il faille en prendre soin, pour des raisons bien au-delà de l’apparence. Saviez-vous que les probiotiques sont maintenant reconnus pour leurs bénéfices santé pour la peau?

Que savez-vous de votre propre peau?

Faites ce test « Vrai ou Faux » pour en savoir plus sur votre propre peau.

 

  1. La peau est le plus grand organe du corps

VRAI – La peau est considérée comme un organe et, en tant que telle, c’est le plus grand organe du corps humain. L’adulte moyen a environ 21 pieds carrés (2 mètres carrés) de peau, qui pèse environ 8 à 9 livres (3,5 kilogrammes). La peau contient plus de 11 miles (soit environ 17 kilomètres) de vaisseaux sanguins.

  1. La peau est la première ligne de défense

VRAI – L’épiderme de la peau, la couche protectrice externe du corps, agit comme la première ligne de défense. L’épiderme contient des cellules immunitaires spécialisées et, agissant comme un bouclier naturel, offre une protection contre les microorganismes étrangers. La deuxième couche, le derme, contient des glandes sudoripares, produisant de la sueur pour aider à se rafraîchir et à se débarrasser de tout ce dont le corps n’a pas besoin. Un autre type de glande dans cette couche produit de l’huile qui garde la peau douce, lisse et imperméable.

  1. La peau abrite moins de 100 espèces de bactéries.

FAUX – En fait, la peau héberge plus de 1 000 espèces de bactéries, réparties parmi 1 milliard de bactéries différentes; cette variété et densité de vie vivant sur nous s’appelle le microbiote cutané. Ces bactéries sont pour la plupart inoffensives et utiles au système immunitaire. Le microbiote cutané « défend » le corps et aide à éloigner les micro-organismes opportunistes. Les bactéries peuvent jouer un rôle important dans la santé de la peau.

  1. La moitié de la poussière dans une maison est de la peau morte

VRAI – En effet, on estime que la moitié de la poussière domestique est constituée de cellules mortes de la peau. La personne moyenne a environ 300 millions de cellules cutanées. Chaque minute, la peau libère environ 30 000 à 40 000 cellules mortes. De nouvelles cellules cutanées sont fabriquées au bas de l’épiderme et se dirigent vers la couche supérieure qui s’écaille ensuite. La peau est un organe en constante évolution qui se renouvelle tous les 28 jours et se fragilise avec l’âge.

  1. La peau de tout le monde vieillit de la même manière

FAUX – À mesure que la peau vieillit, elle devient plus mince, diminue en volume et en élasticité, est plus facilement endommagée et moins capable de se guérir par elle-même. Une échelle de notation complète et validée a catégorisé les résultats cliniques du vieillissement cutané comme la laxité (affaissement), les rides et les différentes facettes du photo vieillissement, y compris l’érythème (rougeur) et la télangiectasie, la dyspigmentation (décoloration brune), l’élastose solaire (jaunissement), kératoses (excroissances anormales) et la mauvaise texture. Chaque peau vieillit à un rythme différent, avec divers signes visibles de vieillissement… et c’est normal!

  1. Il existe un lien entre la santé de la peau et la santé globale

VRAI – L’apparence de la peau et les changements cutanés peuvent parfois refléter l’état de santé général. Plusieurs études cliniques humaines ont montré des liens entre les troubles cutanés et les troubles intestinaux [O’Neill, 2016]. L’inflammation chronique peut modifier les niveaux de pH de la peau, et des changements de régime alimentaire ou une mauvaise alimentation en général, entre autres facteurs, peuvent créer un déséquilibre du microbiote cutané, entraînant des infections ou des affections cutanées telles que l’acné, l’eczéma et la rosacée. D’autres indices peuvent signifier un excès de stress, des problèmes de sommeil ou des conditions graves telles que le diabète ou des signes précoces de cancer. Prêter une attention particulière aux changements cutanés est un moyen de prêter attention à son état de santé général. De la même manière, les soins de la peau et les actions préventives sont des moyens accessibles pour aider à prendre soin de la santé globale de la peau.

  1. C’est la nuit que la peau vieillit le plus vite

FAUX – Une bonne nuit de sommeil est un précieux secret de soin de la peau. La nuit, la peau se répare, produisant du collagène, indispensable à l’élasticité et à la force de la peau. Sans cette période de régénération, la peau produirait du cortisol, augmentant ainsi l’inflammation et donnant à la peau un aspect bouffi, blafard et abattu.

  1. Les probiotiques peuvent prévenir le vieillissement cutané

FAUX – Bien qu’ils ne puissent pas aider quelqu’un à paraître éternellement jeune, des souches probiotiques spécifiques ont démontré certains avantages pour soutenir un vieillissement en bonne santé. De plus en plus de preuves suggèrent que les produits de soins de la peau contenant des probiotiques, des prébiotiques et des postbiotiques peuvent aider à rééquilibrer le microbiome de la peau, entraînant d’autres bienfaits pour la santé globale.

  1. Les probiotiques peuvent être bénéfiques pour les peaux sensibles

VRAI – Une combinaison de souches peut maintenir l’intégrité de la barrière intestinale, promouvoir la santé immunitaire et soutenir un état dermique sain dans les cas de peau sensible. [Ellis, 2019]. Outre les probiotiques, les vitamines peuvent être bénéfiques pour garder une peau saine, comme la vitamine A pour agir sur les lésions cutanées et la cellulite. La vitamine D, pour soutenir un état dermique sain, la vitamine C, qui régénère la vitamine E et fournit une protection solaire et de la vitamine E qui agit comme antioxydant, protège contre les dommages du soleil et le vieillissement.

  1. La santé de la peau est un petit marché

VRAI ET FAUX – Le marché américain des ventes de suppléments de beauté a augmenté d’environ 61% de 2018 à 2019 (144 millions de dollars en 2018, 89 millions de dollars en 2017). 55% des personnes manifestent un intérêt pour les produits de santé de la peau, même sans avoir de troubles cutanés et 13% des personnes déclarent prendre des aliments / suppléments enrichis en pré et / ou probiotiques pour améliorer la santé de la peau. Le marché de la santé de la peau est un marché de niche mais en croissance [Enquête sur la nutrition active, FMCG Gurus Data]. Au cours des deux dernières années, plusieurs entreprises ont développé des gammes de soins du microbiome cutané.

Les probiotiques sont des bactéries vivantes qui soutiennent les bactéries saines dans le corps. De plus en plus de résultats de recherche suggèrent que l’utilisation de probiotiques, à la fois sous forme orale et topique, peut aider à promouvoir la santé de la peau, à court terme et à mesure qu’elle vieillit.

Références

  • O’Neill, C. A., Monteleone, G., McLaughlin, J. T., & Paus, R. (2016). The gut‐skin axis in health and disease: a paradigm with therapeutic implications. Bioessays, 38(11), 1167-1176.
  • Langkamp-Henken, B., Rowe, C. C., Ford, A. L., Christman, M. C., Nieves, C., Khouri, L., … & Dahl, W. J. (2015). Bifidobacterium bifidum R0071 results in a greater proportion of healthy days and a lower percentage of academically stressed students reporting a day of cold/flu: a randomised, double-blind, placebo-controlled study. British Journal of Nutrition, 113(3), 426-434.
  • Ellis, S. R., Nguyen, M., Vaughn, A. R., Notay, M., Burney, W. A., Sandhu, S., & Sivamani, R. K. (2019). The skin and gut microbiome and its role in common dermatologyic conditions. Microorganisms7(11), 550.

Publié Jun 8, 2021 | Mis à jour May 5, 2024

Besoin d'informations spécifiques ?

Consultez un expert?